Caméras de surveillance : quels effets sur le sentiment d’insécurité et l’action policière ?

L’installation de caméras de surveillance joue très nettement un rôle dans l’intensité du sentiment d’insécurité ainsi que dans l’orientation plus ciblée des services de police. Elle a également pour effet de déplacer le lieu de certains délits. Si les statistiques semblent montrer une corrélation entre l’installation de caméras et une légère diminution des nuisances et des délits à l’encontre des biens, il faut rester prudent : d’autres facteurs interviennent dans cette corrélation.

Effets sur le sentiment d’insécurité

Le sentiment d’insécurité est un phénomène complexe, il est donc important d’étudier la façon dont les citoyens identifient ce sentiment et l’interprètent (Van Den Herrewegen, 2011).

L’insécurité est souvent associée à l’atteinte à l’intégrité physique et personnelle.

Un bouleversement dans le schéma quotidien d’un individu peut entraîner des sentiments d’insécurité. En d’autres termes, il ne s’agit pas du fait qu’il y ait plus ou moins de criminalité, mais du sentiment qu’une action est entreprise. Pour comprendre pourquoi les citoyens arrivent à une certaine construction de sentiments d’insécurité, il y a lieu d’examiner comment ils justifient leur sentiment, et donc à quels personnes, moyens et règles institutionnelles ils font référence pour rendre leur récit crédible et cohérent (Van Den Herrewegen, 2011).

En définitive, la présence de caméras joue un rôle important pour de nombreux citoyens dans la signification de ce sentiment de sécurité. Les citoyens se construisent une situation sûre en percevant la présence de caméras comme une source d’apaisement. Il ressort de la recherche que plus les citoyens croient en l’efficacité des caméras et sont d’avis que des caméras effectives sont présentes dans leur quartier (sans qu’elles soient effectivement présentes), plus ils vont percevoir la situation comme sûre.

Par ailleurs, les sentiments d’insécurité sont moins exprimés s’il règne une bonne atmosphère au sein du quartier. Cette dichotomie dans les influences trouvées signifie que les sentiments d’insécurité de la population peuvent être limités en combinant différentes approches. Le simple placement de caméras influence uniquement de manière limitée l’insécurité subjective. En corrélation avec des actions qui visent à améliorer l’ambiance au sein d’un quartier et la cohésion sociale, le placement de caméras peut probablement optimaliser le sentiment de sécurité.

Effets sur le déploiement policier

Une orientation plus ciblée des services de police est probablement une conséquence positive plus importante de l’installation de caméras que l’effet préventif en soi.

Dans les villes où le nombre d’interventions était connu, l’équipe de recherche a constaté une augmentation générale de ces actions et ce, dès l’installation de caméras de surveillance. Les caméras entraînent un déploiement plus efficace et une augmentation de l’enregistrement des faits à certains endroits, ce qui a été mis en exergue également.

Cet effet implique toutefois une surveillance ‘en temps réel’, ce qui n’est pas le cas dans toutes les villes examinées.

Pour pouvoir profiter de manière optimale de cet effet, il est donc essentiel de conclure des accords clairs concernant le visionnage en temps réel (qu’il soit ou non actif) des images. Du matériel visuel de grande qualité doit en outre pouvoir être obtenu à tout moment. Ce n’est qu’ainsi qu’il sera possible de continuer à motiver les responsables du visionnage et de renforcer, par là même, la productivité.

Effets de déplacement et/ou diffusion d’avantages

La question de l’existence d’un effet de déplacement clair et/ou d’une diffusion d’avantages ne peut hélas pas recevoir de réponse uniforme. Partant de l’analyse générale, les chercheurs ont constaté un effet de déplacement pour les délits contre les biens, la fraude et l’escroquerie et une diffusion d’avantages pour les faits de nuisances.

En ce qui concerne la violence, aucun des deux effets n’est perceptible.

Il importe cependant d’interpréter cet élément avec la prudence qui s’impose, d’autant que, lors de l’analyse des résultats de chaque ville, l’équipe de recherche n’a pas nécessairement retrouvé expressément ces effets. Dans certains cas, il arrive même que les résultats se contredisent. D’où la nécessité de ne jamais perdre de vue l’impact du contexte dans l’analyse.

Sylvie Murengerantwari
Conseillère locale, SPF Intérieur, DG Sécurité et Prévention

Copyright: Secunews

Données de l'article

Auteur :Secunews
Langue de l'article :
  • FR
Date de publication :Lu, 13/10/2014
Lien vers la publication initiale :Caméras de surveillance : quels effets sur le sentiment d’insécurité et l’action policière ?
Thèmes :
  • Caméras de surveillance