Collaboration

1. Construire des ponts avec les régions

Il ressort d’une recherche scientifique et d’expériences menées à l’étranger que l’adoption de mesures préventives réduit effectivement les risques de cambriolages dans les habitations. Plusieurs communes ont déjà évoqué la possibilité d’imposer des mesures de sécurisation ou la visite d’un conseiller en prévention vol dans le règlement communal de construction (Schelle, Turnhout, …). Pour l’instant, la sécurisation de son habitation reste une volonté de chaque citoyen or celle-ci doit devenir une obligation.

 

Nous allons un niveau plus haut en collaborant avec les régions pour étudier les possibilités d’adapter le règlement régional de construction. L’objectif étant que chaque nouvelle construction ou habitation rénovée devra satisfaire à un minimum de normes de sécurisation. Une concertation entre la Direction générale Sécurité et Prévention et chaque département régional sera organisée afin d’aborder ensemble les possibilités d’intégrer des  exigences en matière de mesures minimales de sécurité.

Nous entendons ainsi augmenter le niveau de sécurisation des habitations neuves ou rénovées, qui aura pour effet de compliquer la tâche des auteurs potentiels.

 

Une étroite collaboration avec les régions et plus particulièrement les services d’urbanisme est indispensable.

 

2.   Renforcer le rôle des provinces en matière de sécurité

La collaboration avec différents partenaires est essentielle. Par le biais de structures diverses, comme les commissions provinciales de prévention de la criminalité, nous collaborons déjà avec les provinces.  Il est essentiel que ces commissions provinciales de prévention de la criminalité constituent une plate-forme de concertation, au sein de laquelle siègent des représentants de la politique, du terrain et du monde académique.

Les provinces doivent également jouer un rôle prépondérant dans l’agrandissement d’échelle de la prévention. Les administrations provinciales peuvent coordonner les actions de prévention et créer ainsi une portée et une assise larges auprès des administrations locales.

Les provinces doivent assumer leur fonction de responsable de la sécurité en mettant en place les concertations nécessaires afin de réunir les partenaires ayant un rôle à jouer. Mais elles doivent également porter des projets de prévention des cambriolages au niveau provincial.

 

3.    Créer des ponts avec le secteur privé

Les autorités ne sont pas seules dans la lutte contre les cambriolages. Le secteur privé a également un rôle essentiel à jouer en la matière.

 

Les compagnies d’assurances sont presque toujours sollicitées après un cambriolage ou une tentative de ce faire : elles se chargent d’indemniser les citoyens pour les dommages encourus. Elles ont donc tout intérêt à ce que le citoyen adopte une bonne attitude préventive.  Une collaboration entre les autorités et les compagnies d’assurances dans le message de prévention destiné au citoyen peut contribuer à accroître le degré de sécurisation des habitations. En outre, les sociétés d’assurances peuvent aider à mieux faire connaître la fonction de conseiller en prévention vol.

 

Les architectes sont impliqués, dès le début, dans la conception des maisons, des bâtiments et même de plus grands sites.  Cependant, un architecte conçoit principalement une construction selon un point de vue structurel, fonctionnel et esthétique.  A l’heure actuelle, peu d’architectes accordent de l’attention à l’intégration de la sécurisation contre le cambriolage dans la conception d’une habitation ou d’un site.  Pourtant, un architecte peut jouer un rôle essentiel en la matière par la construction de l’immeuble et l’utilisation de bons matériaux. Leur sensibilisation commencera donc dès leur formation.

D’un point de vue plus large, un architecte peut jouer un rôle dans la conception de nouveaux sites ou l’amélioration de sites existants en appliquant le principe de “Crime Prevention Through Environmental Design” (CPTED), par lequel la criminalité et l’insécurité peuvent être combattus par le biais de mesures environnementales.

 

Les associations sectorielles et les organisations coordinatrices des entreprises de gardiennage, des serruriers, des assistants techniques et technologiques et des entrepreneurs doivent également fournir leur contribution à une meilleure politique de prévention du cambriolage.

 

 

4.     Renforcement de la dimension européenne dans l’approche des vols dans habitations

Déjà lors de la Présidence européenne à l’automne 2010, nous avions mis l’accent sur « une habitation sûre dans un quartier sûr" (" a secure home in a safe community, through prevention, community policing and restoration").

Nous ne sommes certainement pas le seul Etat membre confronté à de tels problèmes. Le projet veut favoriser une approche intégrale et intégrée de la prévention du cambriolage au niveau européen. En transposant de bonnes pratiques et des outils de développement, les autres pays de l’UE peuvent acquérir des connaissances et de l’expertise et s’atteler à la prévention en matière de cambriolages résidentiels. 

 

L’objectif du projet européen “An integral methodology to develop an information led and community orientated policy to tackle domestic burglary” est de développer une méthodologie en vue de la maîtrise des cambriolages résidentiels. Il vise à mettre au point, de manière structurée, une approche relative aux vols dans habitations et à créer un cadre plus large au sein duquel ces mesures s’inscriront. Une collaboration intensive sera mise en place entre différents partenaires : la prévention, la police (tant locale que fédérale), la justice, les communautés et les régions afin d’œuvrer pour faire de l’habitation un point de chute sûr. En outre, des accords de partenariat sont conclus avec la Bulgarie, la Roumanie et l’Allemagne.

 

5.   Le développement d’une stratégie de communication partagée en matière de prévention du cambriolage

Notre communication actuelle en matière de prévention des vols dans habitations s’intègre dans une politique de communication globale en matière de prévention.

 

Les médias sociaux représentent un lien vers le citoyen dans le cadre de la prévention (des cambriolages), mais entraînent parallèlement des risques. Les médias sociaux sont omniprésents, il n’est donc plus possible d’y échapper si nous souhaitons atteindre les citoyens avec nos messages de prévention. Une exploration approfondie dans ce terrain est indispensable. En outre, il est également nécessaire de mettre au point une stratégie de communication spécifique en matière de prévention du cambriolage.

Dans ce cadre, une stratégie de communication commune en matière de prévention des cambriolages sera élaborée par les différents acteurs de la chaîne de sécurité. Des concertations auront lieu à cet effet afin de déterminer le rôle et les messages clés diffusés par chacun des partenaires. Les médias sociaux constitueront sans conteste un moyen de communication privilégié. En joignant ainsi nos efforts de communication, nous augmenteront encore les chances que nos messages soient vus et assimilés par les citoyens et ce via une stratégie cohérente et complémentaire entre les différents partenaires. Nous visons ainsi à sensibiliser chaque jour davantage de citoyens à la prévention des cambriolages et à l’importance de sécuriser son habitation.

 

Données de l'article

Langue de l'article :
  • NL
  • FR
Thèmes :
  • Collaboration et concertation
  • Vol et/ou cambriolage