Recettes d’une attaque

Nous espérons que vous n’avez jamais subi de hold-up. Un tel fait arrive moins souvent qu’un vol ou cambriolage. Pourtant, les conséquences en sont souvent énormes, également sur le plan psychologique.

En tant que victime, vous vous retrouvez nez à nez face à un agresseur qui vous menace physiquement. Cette expérience peut s’avérer très traumatisante : un hold-up ébranle votre sentiment de sécurité et mène souvent à la maladie ou à l’incapacité de travail.

Recettes d’une attaque

 

Mettez les risques en veilleuse 

Vous souhaitez vous protéger contre les attaques ? Vous devez savoir dans ce cas quels sont les risques. Vous pourrez adopter ainsi des mesures de prévention efficaces. Une enquête a révélé que les restaurants sont vulnérables aux hold-ups en raison de facteurs propres à leur domaine. Nous énumérons ces aspects. Y changer quelque chose est peut-être mission impossible, mais vous pouvez accroître votre vigilance.

Personnel indiscret.

Votre propre personnel peut souvent représenter un risque. Un collaborateur peu fiable informe un agresseur qu’il connaît. Un membre du personnel qui ne se doute de rien raconte à des connaissances l’ampleur du chiffre d’affaires.

Convivialité et accessibilité.

Votre restaurant dégage une impression de convivialité et d’accueil et est accessible à tout le monde, mais aussi aux personnes malintentionnées. Ces dernières ont donc l’opportunité d’analyser calmement votre commerce et les habitudes de votre personnel. Il y a également beaucoup d’argent cash qui circule dans votre exploitation horeca : les auteurs potentiels tiennent à l’œil combien et quand cet argent circule. Cela se passe ouvertement et à des moments fixes ? Ou bien vous ne fermez pas correctement l’établissement pendant le nettoyage ? Cela augmente les risques.

L’occasion fait le larron.

Votre commerce débouche sur des chemins et des rues qui permettent aux auteurs de prendre rapidement la fuite? Peut-être peuvent-ils se cacher quelque part dans votre quartier après l’attaque ? N’y a-t-il pas ou peu de contrôle social ? Prenez suffisamment de mesures de sécurité si vous souhaitez limiter les risques de sécurité.

Les dangers de la nuit.

En tant qu’exploitation horeca, vous êtes généralement ouvert la nuit. Les heures sombres sont un moment idéal pour les hold-ups. 

 

Les ingrédients d’un hold-up

Les attaques ont des caractéristiques propres dont il est préférable de tenir compte.

Rapidité.

Les agresseurs travaillent rapidement. Le temps est leur pire ennemi. En général, un hold-up dure maximum 90 secondes, à l’exception des attaques lors des ouvertures et fermetures.

Cupidité.

Les agresseurs souhaitent un maximum d’argent. Ils trouvent un maigre butin ? Ils sont alors frustrés et s’en prennent aux biens de votre personnel ou des convives encore présents.

Contrôle.

Ces criminels choisissent une situation où ils ont immédiatement le contrôle.

Agression.

Les auteurs utilisent souvent la violence physique, que ce soit ou non avec les armes.

Obscurité.

Les agresseurs sévissent généralement lorsqu’il y a peu ou plus de clients ou lorsque le personnel continue à parler avec une porte ouverte.

Les moments critiques

Une analyse des profils d’auteurs et des modus operandi des holdups a démontré que les restaurant sont plus exposés aux risques à certains moments de la journée : 

  • Vous ouvrez ou fermez votre commerce.
  • Vous comptez votre caisse, vos recettes ou les rangez.
  • Vous échangez de l’argent dans votre restaurant.
  • Vous emportez des biens et de l’argent (tant particuliers que professionnels).

Un bon cocktail de mesures

Bien entendu, vous souhaitez en tant que restaurateur que votre établissement soit un endroit agréable et convivial où les clients se sentent chez eux. Sécuriser son restaurant n’est pas inconciliable avec cette idée. Demandez au conseiller en technoprévention de votre zone de police de donner des conseils gratuits et objectifs sur mesure. Vous souhaitez limiter les risques de criminalité ? Prenez quelques mesures de prévention en parallèle.

Organisez-vous.

Augmentez votre vigilance. Changez ou augmentez vos habitudes et celles de votre personnel. Ces mesures coûtent peu ou pas d’argent. Elles n’ont bien entendu de sens que si tout le monde respecte les accords.

Adaptez votre aménagement.

Des interventions techniques ralentissent une tentative de cambriolage : l’aménagement de votre bâtiment ou la sécurisation mécanique des fenêtres, portes, portes de garages, des débarcadères, …

Installez des systèmes d’alarme ou des caméras.

Songez toutefois que ces mesures électroniques peuvent uniquement représenter un mécanisme de détection et dissuader les auteurs. Elles doivent s’inscrire dans le cadre des initiatives organisationnelles ou architectoniques.

Que faire si vous êtes victime malgré toutes ces précautions ?