Messages de la police

La police va transmettre de manière structurée l’information pertinente aux citoyens. Ce sont des messages qui nécessitent un comportement adapté, de la vigilance et une attention accrue. Ainsi, ils peuvent contribuer à un quartier sûr.

Quand la police envoie-t-elle un message aux citoyens  ?

  • Quand on peut apprendre qu'une menace existe
  • Si on peut parler d'un phénomène avec des actes 'prévisibles'.
  • Si les citoyens peuvent intervenir de manière préventive
  • Si l'information peut être récoltée.

Le secret de l’enquête doit cependant toujours être garanti. Pour cette raison, il est possible que la police n’envoie pas de messages dans certains cas aux citoyens.

La police peut établir un modèle sur la base duquel elle peut décider si certaines informations sont utiles pour le PLP. Il est utile d’en tenir compte avec le contenu des faits, le moment de signalement, la victimisation, la menace, les priorités au niveau local et fédéral, …Pour l’appréciation du contenu, la police fera appel dans certains cas aux instances judiciaires (parquet). Le message est toujours examiné en fonction des dispositions légales en vigueur, comme la loi sur la vie privée.

Quels types d’informations :

Un message est utile pour le PLP s’il entraîne un accroissement du sentiment de sécurité du citoyen. La police peut souvent enregistrer de bons résultats grâce au feed-back qui vient en réaction aux messages envoyés. Une bonne appréciation nécessite une concertation et expérience (supra)locales.

On vise ‘l’information intelligente’. Cela signifie que le message :

  • est mis à disposition au bon moment (valeur d’actualité) ;
  • est envoyé aux bonnes personnes (quels PLP);
  • est orienté résultat (on peut réagir sur la base du message de manière préventive et alerte) ;
  • est doté d’avis préventif (ex. en cas de faux argent, donner des conseils pour reconnaître les faux billets).  

Comme guide pour l’élaboration d’un message PLP, la police peut utiliser un formulaire standard. Cela facilite la dactylographie ou le prononcé du message et permet en cas de message téléphonique de maintenir une version écrite du message.  

Quelques exemples concrets de messages : utilisation de faux chèques ou de faux argent, avertissement sur les techniques de reconnaissance (comme les faux inspecteurs d’entreprises d’utilité publique), information sur le forçage des serrures à cylindre ou des serrures cannelées, …